Le retour à la naturalité



La restauration de la continuité écologique


Victor Hugo disait que la nature, pour être commandée, doit être obéie.
Il s’agit là d’une preuve maintes et maintes fois vérifiée sur le terrain. Obligez la nature à se transformer et vous n’obtiendrez rien de bon. C’est pourtant ce qui a été fait avec la rivière : du découpage, du corsetage, des merlons, des canaux, etc. Laissez-la s’exprimer, vous pourrez en tirer le meilleur.

L’Yerres n’échappe pas à ce morcellement qui l’expose de plus en plus aux risques de pollutions en tout genre et altère inexorablement son milieu. Il s’agit là d’oeuvrer afin que l’Yerres recouvre une vitesse d’écoulement satisfaisante et d’établir une véritable connexion hydraulique entre tous ses biefs. Il ne s’agit pas non plus de dessiner la rivière de demain mais de faire en sorte qu’elle puisse à nouveau évoluer plus librement dans sa vallée comme elle a pu le faire depuis des milliers d’années.

L’aménagement ou le retrait des obstacles à l’écoulement des eaux favorisera à terme, le retour d’une biodiversité riche et typique de la vallée de l’Yerres. Qu’il s’agisse de la faune piscicole, de  la flore présentes le long de nos rivières ou encore de la morphologie du lit de la rivière, ce projet ambitieux aura des effets positifs sur tout l’écosystème de l’Yerres. Aujourd’hui, nous menons sur des sites pilotes, des études et des suivis afin de déterminer au mieux les incidences et les changements qui vont s’opérer sur l’ensemble du linéaire de la rivière.
 


Seuil du Moulin de Jarcy - Avant

Seuil du Moulin de Jarcy - Après

Barrage de Suzanne - Avant


Barrage de Suzanne - Après