Contexte
L’avenue du Bois fait partie du bassin versant Lafargue-Prévoyance recensé comme un bassin aux forts
enjeux de lutte contre les inondations. Cette artère est sujette à de nombreux débordements et
inondations lors d’événements pluvieux. Cette voirie constitue en effet le point bas du secteur compris
entre l’avenue de la Prévoyance et le boulevard Henri Barbusse.
De plus, plusieurs rues adjacentes ou parallèles sont, comme l’avenue du Bois, dépourvues de réseau
d’eaux pluviales.

A proximité, la rue des Fleurs pose également problème : cette rue étant en impasse et en pente, les eaux
ruissellent vers le riverain situé au fond de l’impasse. En outre, les regards sont mixtes ce qui peut
entrainer une surcharge du réseau EU vers le réseau EP.

Enfin, la rue Jean Jaurès est également impactée par des inondations, entre le carrefour et la rue Louise
Michel. Ces débordements proviennent des réseaux EP situés au carrefour, qui semblent sous dimensionnés.

Travaux

La première tranche comprend :

• l’aménagements du bassin Ferrer :
• Mise en place d’un régulateur de débit en amont du bassin ;
• Mise en place d’une surverse en amont de ce dernier ;
• Modification du réseau situé rue des Fleurs.
• la création du bassin n°1 (Anatole France / Lafargue) ; (67.000 litres)
• la création du bassin n°3 (Henri Barbusse / Anatole France). (149.000 litres)

Le coût des travaux est de 965 300 € TTC.

Les travaux ont débuté mi avril 2022 et leur durée, hors intempérie est de 8 mois.
En parallèle, des travaux se sont déroulés dans la rue des Fleurs afin de raccorder
le réseau d’eaux pluviales sur le bassin Ferrer via la rue Marcel Linard pour un montant
de 187 600 € TTC. Ces travaux ont eu lieu en avril 2022.

La seconde tranche comprendra :

• la création du bassin n°2 (Emile Zola / Lafargue) : (57.000 litres)
• la création du bassin n°4 (Jean Jaurès / Le Bail) : (240.000 litres)
Le coût estimé des travaux est de 980 000 € TTC.

Les travaux se dérouleront courant 2023 et leur durée, hors intempérie est estimée à 6 mois.

Pourquoi des travaux à cet endroit ?

Il est important de préciser qu’en matière d’inondations pluviales, les ouvrages
sont souvent installés à “l’amont” des quartiers inondés, afin de piéger et de stocker
l’eau avant que celle-ci ne ruisselle, inondant ainsi les habitations situées dans les
“points bas” du bassin versant.

Désimperméabilisation

Les actions correctives sur les ouvrages d’eaux pluviales visant à limiter l’impact
des orages ne suffisent cependant pas, à elles seules, à régler les problématiques de
ruissellement aggravées par le changement climatique. A cet effet, le SyAGE incite,
depuis de nombreuses années déjà, collectivités et usagers à désimperméabiliser.
Les collectivités sont invitées, lors de leurs projets de rénovation ou d’aménagement
du domaine public, à employer, autant que possible, des techniques de gestion
alternatives des eaux pluviales.
Dans le cadre du respect du règlement eaux pluviales, le SyAGE demande aux
usagers d’appliquer la politique du zéro rejet en déconnectant, autant que possible,
leurs eaux pluviales du réseau public